choisir un syndic

Aux termes des dispositions légales en vigueur dans le territoire belge, toutes les copropriétés doivent être gérées et administrées par un syndic. Il peut s’agir d’un professionnel ou d’un syndic bénévole. Quel que soit son statut, il doit assurer la gestion administrative et financière de l’immeuble dont il a la charge.

Il est également le garant du bon fonctionnement de la copropriété. Pour ce faire, l’ensemble des copropriétaires doivent le choisir avec soin pour éviter toutes mauvaises surprises en ce qui concerne la gestion. Ci-après, découvrez quelques critères pour le sélectionner.

Les honoraires du syndic

L’un des paramètres le plus importants auquel il faut s’attarder lors de la sélection d’un syndic est le coût de sa prestation. Il faut savoir que les honoraires de cet organe de gestion peuvent varier du double au triple en fonction du prestataire. D’où l’intérêt de les mettre en concurrence pour dénicher l’offre la plus intéressante que ce soit en termes de prix ou de services.

À noter que les honoraires sont la contrepartie des services qu’il offre tels que :

  • La convocation d’une assemblée générale ordinaire par an
  • La tenue de la comptabilité
  • La gestion administrative et financière…

Malgré cela, le syndic facture également d’autres tâches aux copropriétaires.

La réactivité du syndic

Un bon syndic se doit d’être réactif par rapport à tout ce qui se passe au sein de la copropriété. Cela permet notamment d’assurer le bon fonctionnement de la copropriété.

Pour les syndics professionnels, ils effectuent des visites dans les immeubles qu’ils gèrent deux fois par an. Les autres déplacements font l’objet d’une facturation à part.

D’où l’intérêt des syndics bénévoles ou coopératifs. Étant donné qu’ils habitent dans la copropriété, ils sont plus attentifs aux moindres problèmes qui se présentent. Ils peuvent alors agir plus rapidement pour trouver une solution.

La réactivité constitue ainsi l’un des critères essentiels pour choisir un syndic de copropriété Belgique.

réactivité du syndic

La possibilité de communiquer rapidement avec le syndic

Il est important que les copropriétaires puissent échanger et communiquer avec le syndic. Ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront faire part des problèmes au sein de l’immeuble. Le souci est que pour le syndic professionnel, il sera difficile d’obtenir une réponse dans les plus brefs délais vu qu’il s’occupe en général de plusieurs copropriétés en parallèle.

Pour le syndic bénévole, il doit parfois jongler entre sa mission et son activité professionnelle. Une situation qui l’empêche de se concentrer totalement sur ses attributions. La meilleure option est dans ce cas le syndic coopératif.

Une gestion transparente

La transparence de la gestion effectuée par le syndic permettra aux copropriétaires de suivre toutes les actions menées de celui-ci. Ils pourront alors mieux contrôler les dépenses. La transparence constitue ainsi un élément important à prendre en compte dans le choix d’un syndic de copropriété.

En règle générale, la gestion effectuée par les syndics professionnels est plus opaque vu qu’il ne communique qu’avec le conseil syndical.

Le mode de gestion

C’est l’un des paramètres essentiels à prendre en considération dans la sélection d’un syndic. L’ensemble des copropriétaires peuvent opter pour trois solutions. Ce sont notamment :

  • Le syndic professionnel : la gestion est confiée à un cabinet. L’opération a un coût et c’est la copropriété qui le supporte.
  • Le syndic bénévole : c’est un des copropriétaires qui s’occupe de la gestion. Plus disponible que le premier.
  • Le syndic coopératif : c’est le conseil syndical composé de plusieurs copropriétaires qui gère la copropriété. Il permet une meilleure gestion à moindres frais.

By Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *